En cliquant sur "Accepter", vous acceptez que des cookies soient stockés sur votre appareil afin d'améliorer la navigation sur le site, d'analyser son utilisation et de contribuer à nos analyses marketing. Consultez notre politique de confidentialité pour plus d'informations.

Démarche RSE : 10 actions pour l’appliquer dans votre entreprise

RSE

La RSE, la responsabilité sociétale des entreprises, est un concept qui vise à sensibiliser les entreprises sur leur impact vis-à-vis de la société et sur leurs parties prenantes (collaborateurs, clients, fournisseurs, etc). La notion d’entreprise responsable implique qu’une entreprise a conscience de son impact sociétal, et qu’elle doit agir dans l’intérêt général. C’est tout l’intérêt de mettre en place une stratégie globale au niveau de la RSE, qui doit ensuite se décliner de manière opérationnelle via un plan d’action RSE, visant à mettre en place des bonnes pratiques RSE.

Nous vous donnons ci-dessous 10 exemples d’actions RSE à mettre en place dans votre entreprise afin de répondre aux enjeux du développement durable. Toutes ces bonnes pratiques RSE sont issues de Cali !

Environnement

Quand on parle de bonnes pratiques RSE concernant l’environnement, plusieurs sous-thématiques peuvent être abordées : il s’agit ici d’impact carbone, d’économies d’eau et d’énergie, de réduction de la pollution, de préservation de la biodiversité, d’économie circulaire et de gestion des déchets, de résilience de l’entreprise, etc. La première étape est bien souvent de réaliser le bilan carbone de son entreprise, comme premier pas d’une entreprise engagée vers sa transition écologique. Néanmoins, d’autres bonnes pratiques RSE peuvent être mises en place !

1. Substituer les véhicules thermiques par des véhicules à électriques à batterie

En considérant l’empreinte carbone d’une voiture vendue aujourd’hui sur son cycle de vie, c’est-à-dire sa fabrication en 2022, son usage pendant 12 ans et sa fin de vie en 2033, les véhicules particuliers les moins émissifs sont les véhicules électriques à batterie (VEB), quel que soit le mix électrique de la région considérée  

Les VEB présentent une réduction de 50 à 70% de l’empreinte carbone par rapport à un véhicule thermique fossile, et ce malgré la fabrication de la batterie et son recyclage. Et si un mix électrique décarboné (France, électricité renouvelable) permet de meilleures performances, un VEB vendu aujourd’hui en Allemagne, voire en Pologne, reste moins émissif qu’un véhicule thermique équivalent. Cette conclusion relativement nouvelle est dû à deux effets :

  • La production en masse de batteries pour l’électromobilité a permis de diminuer significativement leur empreinte carbone unitaire (effet d’échelle)
  • Le mix électrique de tous les pays européens se décarbone progressivement.

Ainsi, substituer ses véhicules thermiques par des électriques à batterie s’inscrit dans une démarche globale de réduction du bilan carbone de l’entreprise. Il s’agit ensuite également de bien sensibiliser les collaborateurs à l’utilisation de ce type de véhicule.

2. Organiser un atelier de Fresque du Climat

La Fresque du climat est un outil pédagogique sous forme de jeu de cartes.

En équipe, le but est de retrouver les liens de cause à effet entre les 42 cartes du jeu, issues du rapport du GIEC, et co-construire ainsi une véritable “Fresque” du changement climatique.

L’objectif est de relier les cartes entre elles afin de prendre conscience des relations de causes à effets entre les activités humaines et le changement climatique.  

Sur les cartes, on peut lire des conséquences climatiques telles que "hausse des températures", "fonte des glaces" ou encore "perturbation du cycle de l'eau". Le joueur devra alors les ranger dans l'ordre et les mettre en relation les unes avec les autres à l'aide de flèches.

Comment s’organiser ?  

  • Se faire accompagner par un référent / formateur du réseau de la Fresque du climat (ou former une personne de l’interne à l’animation, p.ex. Responsable RSE).
  • Prévoir au moins 2h, plutôt 3 pour cet atelier.
  • Prévoir des groupes de 4 à 6 personnes par table.
  • Nécessite une grande salle avec de grandes tables de 1,50 x 1,50 min (papier, crayons, post-it).

Cette activité ludique et utile est un bon moyen de sensibiliser vos collaborateurs au changement climatique et à l’impact sociétal sur le climat.

3. Diminuer les températures de consigne dans vos bureaux

La consommation électrique d’un ventilateur est vingt fois inférieure à celle d’un climatiseur individuel. La consommation énergétique de la climatisation est directement liée à la température de consigne (la température d’ambiance qui est demandée dans une zone d’occupation) : si l’on diminue cette température de 1 ℃ (par exemple en passant de 25 ℃ au lieu de 26 ℃), on réduit de 5 à 10 % la consommation annuelle de l’équipement.

La température recommandée pour les activités de bureau se situe entre 19 et 21 ℃ (elle peut être inférieure dans les sanitaires), et entre 10 et 12 ℃ pour les réserves et les archives.  

Il est donc recommandé d'adapter la température moyenne de chauffage dans les établissements tertiaires, conformément à la réglementation, en vérifiant la bonne programmation des intermittences des équipements et celle des niveaux de température ambiante : 19 ℃ pour les pièces occupées, 16 ℃ hors période d’occupation, 8 ℃ si les lieux sont inoccupés plus de deux jours.

4. Viser le 0 papier

Le développement du numérique ne s’est pas accompagné d’une diminution de la consommation de papier, qui représente 75 % des déchets de bureau. Chaque salarié consomme annuellement 70 à 85 kg de papier, soit l’équivalent de 3 ramettes par mois. Et nous recyclons moins bien au bureau : seulement 20 % des papiers y sont recyclés, contre 41% à la maison.

Pour limiter le gaspillage, il est important de réduire ses impressions, en évitant celles qui ne sont pas indispensables (impressions de mails, de copies en surnombre…) et d’optimiser celles qui le sont, afin de consommer moins d’encre, de papier et d’énergie.  

Plusieurs solutions existent :

  • Digitaliser
  • Diminuer le nombre d'imprimantes
  • Recenser les parutions non lues et sedésabonner.  
  • Limiter la communication papier en faisant un usage judicieux du numérique.  
  • Optimiser la mise en page des documents que vous créez pour l’impression (taille des interlignes, suppression des pages quasi-vides entre chapitres, taille des marges…). Pour la fabrication, choisissez de préférence un format standard, un grammage adapté et un papier plus respectueux de l’environnement.  
  • N'imprimer que les éléments utiles d’un document : supprimez les publicités, photos, éléments d’interface sur une page web, et sélectionnez les seules parties qui vous intéressent. Il existe des logiciels (Green Print…) qui allègent automatiquement les pages à imprimer (suppression des pages blanches, images, espaces vides…).
  • Imprimer recto-verso, plusieurs pages sur une même feuille.  
  • Réutiliser les feuilles imprimées sur une seule face en brouillon ainsi que le matériel de classement (chemises…).

Social et sociétal

Le critère social et sociétal d’une démarche RSE touche à tous les enjeux qui vont impacter à la fois les salariés de l’entreprise, mais également les parties prenantes externes. Dans ce critère-là, on va donc retrouver des enjeux tels que la qualité de vie / bien-être au travail, la féminisation des métiers, la formation, la valorisation RH, l’emploi des jeunes et des séniors, l’impact territorial, l’engagement citoyen, etc. Ci-dessous quelques idées d’actions RSE à mettre en place sur le sujet !

5. Calculer l’index d’égalité professionnelle (femmes hommes)

Chaque année avant le 1er mars, les entreprises d’au moins 50 salariés doivent calculer et publier sur leur site internet leur Index d’égalité femmes-hommes. Au plus tard le 1er juin, c’est l’ensemble des indicateurs qui devront être publiés de manière visible et lisible sur le site internet de l’entreprise. Ces informations devront rester en ligne au moins jusqu’à la publication des résultats l’année suivante.

L’Index, sur 100 points, se calcule à partir de 4 à 5 indicateurs selon que l’entreprise fait moins ou plus de 250 salariés :

  • L’écart de rémunération femmes-hommes
  • L’écart de répartition des augmentations individuelles
  • L’écart de répartition des promotions (uniquement dans les entreprises de plus de 250 salariés)
  • Le nombre de salariées augmentées à leur retour de congé de maternité
  • La parité parmi les 10 plus hautes rémunérations
  • La plupart des données à prendre en compte figurent dans la base de données économiques et sociales des entreprises (BDES)

Le ministère du travail a mis en ligne un simulateur-calculateur ainsi qu’un dispositif d’accompagnement complet pour les aider dans leur démarche.

Ministère du travail: "Index de l'égalité professionnelle: calcul et questions/réponses"
Ministère du travail: "Index Egapro"

6. Documenter le processus de recrutement pour que chaque candidature et statut soit traçable

Plusieurs entreprises indiquent que l’homogénéisation des pratiques de recrutement est un facteur essentiel, non seulement d’efficacité, mais aussi de prévention des risques discriminatoires. Plusieurs bonnes pratiques sont proposées :

  • création d’une plateforme web dédiée au thème de la diversité pour valoriser les bonnes pratiques;
  • accompagnement des entreprises prestataires de recrutement dans la mise en application de la politique mixité du groupe donneur d’ordre ;
  • publication d’un guide à destination des clients PME visant à déjouer les stéréotypes au moment du recrutement ;
  • établissement de règles communes sur le déroulement des différentes phases de la sélection (personnes à impliquer, outils à mobiliser…), traçabilité des décisions prises à chaque étape, établissement de short list, définition et structuration du format et du délai des réponses faites aux candidats…  

7. Proposer un package d’embauche attractif

Il est emportant d'insister en entretien sur les avantages de l'embauche:

  • mutuelle de la société
  • présence de tickets restaurants et montant
  • remboursement des transports en commun
  • télétravail
  • insister sur l'équilibre vie privée vie pro
  • informer sur les transports en commun pour se rendre sur le lieu de travail,

Il est même possible d'aller au-delà de ces dispositions:

  • proposer un logement pendant la période d’essai,
  • rembourser les trois premiers mois de loyer,
  • prendre en charge les frais d’installation,
  • réserver des places dans une crèche mutualisée d’entreprise…

Ces points peuvent être mentionnés dans une offre d’emploi en éclairage pour motiver les candidatures et montrer votre responsabilité sociale d’entrepreneur. En effet, le bien-être au travail et la qualité de vie au travail sont désormais des critères primordiaux pour les candidats lors du choix d’un emploi.

Gouvernance

La gouvernance, troisième critère et pilier d’une démarche RSE, est souvent le moins bien abordé. On parle ici de la manière dont les bonnes pratiques RSE et la démarche RSE sont infusées dans l’entreprise, de manière transverse. On retrouve donc ici les enjeux tels que les achats et investissements responsables, les normes, labels et certifications, les relations clients, l’éthique et la transparence, etc. Ci-dessous quelques idées d’actions RSE correspondant :

8. Désigner un responsable RSE et des correspondants RSE

Embaucher un responsable RSE qui aura à charge, de pair avec la responsable communication, l’organisation des séminaires RSE, l’événementiel RSE, le contenu des supports RSE tels que le rapport RSE annuel, et devra être présent lors de tous les comités pour en assurer la cohérence. Pour plus d’efficacité, ce responsable devra être en lien direct avec la direction générale et devra travailler en étroite collaboration avec les autres fonctions supports et les directeurs : son objectif étant de favoriser l’adhésion par le plus grand nombre.

Les missions des relais RSE par entreprise (nommés « correspondants RSE ») devront être inscrites clairement dans leur contrat de travail et/ou objectifs annuels, ce qui permettra à ces correspondants, ou bien d’alléger leurs charges de travail sur leurs autres missions, ou bien de bénéficier d’un ajustement en termes de rémunération (à définir).

9. Privilégier l'achat de matériel informatique reconditionné

Le reconditionnement augmente la durée de vie des équipements, limite la consommation d’énergie et de matières premières, ainsi que la production de déchets. Le principe : remettre sur le marché des ordinateurs et des téléphones, après les avoir nettoyés, révisés et vérifiés. Un appareil reconditionné, donc performant et en très bon état, est généralement plus cher qu’un simple appareil d’occasion. Il bénéficie également d'une garantie légale de conformité de 2 ans.

Les ordinateurs et téléphones portables d'occasion sont souvent vendus en l'état alors que ceux reconditionnés sont quasiment remis à neuf après avoir eu une première vie. Dans le cadre d'un Bilan Carbone réalisé par une entreprise, par exemple, les ordinateurs d'occasion peuvent être considérés comme des objets ayant une durée d'amortissement allongée, voire comme des objets entièrement amortis. Leur poids carbone est inférieur à celui d'un objet reconditionné, considéré comme neuf.

Cette action a donc un fort impact sur le bilan carbone de l’entreprise mais il s’agit à plus grande échelle de mettre en place une politique achats responsables dans l’entreprise.  

10. Respecter la norme ISO 26 000

ISO 26000 : 2010 contient des lignes directrices et non des exigences. Elle ne se prête donc pas à la certification, contrairement à d’autres normes très connues de l’ISO. Elle permet en revanche de clarifier la notion de responsabilité sociétale, d’aider les entreprises et les organisations à traduire les principes en actes concrets, et de faire connaître les meilleures pratiques en matière de responsabilité sociétale, dans le monde entier. Elle vise les organisations de tous types, quelle que soit leur activité, leur taille ou leur localisation.

La norme a été publiée en 2010 au terme de cinq années de négociations entre un très grand nombre de parties prenantes dans le monde entier. Des représentants des gouvernements, des ONG, de l’industrie, des groupes de consommateurs et du monde du travail ont été impliqués dans son élaboration. Elle représente donc un consensus international.

Voici donc 10 idées d’actions RSE à mettre en place dans votre entreprise. Cali en recense plus de 700 pour vous accompagner dans la mise en place de votre démarche et plan d’actions RSE, n’hésitez pas à nous contacter pour plus de détail !