En cliquant sur "Accepter", vous acceptez que des cookies soient stockés sur votre appareil afin d'améliorer la navigation sur le site, d'analyser son utilisation et de contribuer à nos analyses marketing. Consultez notre politique de confidentialité pour plus d'informations.

Démarche RSE : Comment la mettre en place dans une entreprise

RSE

On parle de plus en plus de RSE, la Responsabilité Sociétale des Entreprises. La RSE, ou le concept d’entreprise sociétalement et socialement responsable, consiste à faire prendre conscience aux entreprises de leur impact sur la société, sur leurs parties prenantes internes (collaborateurs) mais également externes (clients, fournisseurs, sous-traitants, etc), et de les inciter à agir en conséquence pour intégrer les préoccupations environnementales, sociales et sociétales, à leur politique.

Une démarche RSE, ça veut dire quoi ?

Être une entreprise sociétalement et socialement responsable, ça veut dire quoi ? Et bien tout d’abord, cela signifie prendre conscience de l’impact de l’entreprise sur les autres. A partir de là, la mise en place d’une démarche RSE va consister à définir des lignes directrices / des grands axes ou engagements RSE. Cela peut être des enjeux stratégiques RSE, parmi les piliers de la RSE reconnus, ou des axes de progression : par exemple, diminuer son empreinte carbone, former ses collaborateurs, travailler sur ses achats responsables, etc. A ces grands axes peuvent ensuite être associés des indicateurs ainsi que des plans d’actions afin de suivre sa démarche RSE. Il s’agit donc de définir une politique de responsabilité sociale et sociétale.

La démarche RSE, mon entreprise est-elle concernée ?

Toutes les entreprises sont concernées ! Si vous êtes une grosse entreprise, vous êtes concernés dans tous les cas par des obligations règlementaires type devoir de vigilance. Cependant, la règlementation RSE évolue d’année en année pour concerner de plus en plus d’entreprises. Ainsi, en fonction des effectifs, chaque entreprise peut être concernée par la réalisation d’un bilan carbone, la mise en place d’un CSE, le calcul de l’index d’égalité homme/femme, etc. Cette règlementation RSE est guidée de manière internationale et nationale par les normes ISO 26 000, la loi Grenelle, la loi Sapin II, le Pacte Mondial, etc.

Source : greenaffair

Au-delà de l’aspect règlementaire, la démarche peut (et se doit !) d’être une démarche volontaire. Aussi, quel que soit le secteur d’activité, la taille de l’entreprise ou même les moyens humains et financiers, chaque entreprise peut à son échelle mettre en place une démarche RSE.

La mise en place d’une démarche RSE permet également de répondre aux attentes des parties prenantes : en effet, en termes de recrutement, on note que la qualité de vie et le bien-être au travail offerts aux collaborateurs est devenu un critère de choix à l’embauche dans le but de développer ce sentiment d’appartenance à l’entreprise. Également, la RSE devient un critère de plus en plus important dans les appels d’offres ou le choix des fournisseurs. La mise en place d’une politique RSE devient donc un réel avantage concurrentiel sur le marché.

Quels sont les critères d’une démarche RSE ?

La RSE est un concept pas toujours facile d’accès pour les entreprises. Aussi, la norme ISO 26 000, qui fait foi en termes de cadrage, a défini 7 grands principes de la RSE. Dans le langage extra-financier, la RSE est souvent décrite comme s’appuyant sur les 3 critères ESG : environnement, social / sociétal, gouvernance. De manière plus globale, ces trois critères permettent d’évaluer la performance globale de l’entreprise, de manière autre que purement financière. Les grands principes de la RSE permettent de définir des lignes directrices, qui doivent ensuite être déclinées en indicateurs et plans d’actions RSE.

Environnement

L’environnement est probablement le critère le plus connu et auquel les entreprises sont le plus sensibilisées. Quand on parle de développement durable et d’environnement, on s’intéresse aux enjeux tels que les performances énergétiques, l’impact et le bilan carbone, l’eau, la mobilité, mais également la pollution, les déchets ou la biodiversité. Ainsi, la réalisation du bilan carbone d’une entreprise est en général la première brique d’une démarche RSE. Des actions telles que la réduction des déchets, les économies d’eau ou d’énergies, s’inscrivent également dans le cadre d’une démarche RSE.

Social / Sociétal

Le volet social et sociétal de la RSE est très vaste. Le social va concerner l’impact des actions RSE sur les salariés, tandis que le sociétal va concerner l’impact sur la société en général. Les différents enjeux adressés sur ce critère vont donc concerner à la fois la qualité de vie au travail, la formation, la féminisation des métiers, la santé et la sécurité des collaborateurs, mais également l’impact territorial de l’entreprise ou l’engagement citoyen. Les impacts sociaux (positifs !) de l’entreprise sont un vrai avantage concurrentiel sur le marché, permettant aux collaborateurs de s’engager dans leur travail en leur offrant un réel bien-être au travail.

Gouvernance

Critère le plus méconnu dans la RSE, la gouvernance d’entreprise se définit par la manière dont l'entreprise est dirigée, administrée et contrôlée. Quand on parle d’une gouvernance RSE, cela implique donc la nomination en interne d’un porteur du sujet RSE, la mise en place de chartes / politique RSE dédiée, l’implication des chargés de RSE dans les décisions stratégiques de l’entreprise, donc de la manière dont la RSE est intrinsèque à l’entreprise. Plus concrètement, ce critère va toucher aux sujets des achats et des investissements responsables, de l’éthique et la transparence, de la relations clients, ou des éventuels normes et labels RSE visés par l’entreprise (Lucie, EcoVadis, Bcorp, Engagé RSE, ISO 26000 etc). En effet, la RSE ne fait pas encore l’objet de règlementations mais se décline sur des normes (notamment l’ISO 26000) qui proposent des grands principes de la RSE, basés sur les référentiels internationaux tels que le GRI, Global Compact, ou même la loi Grenelle, etc.

Pourquoi déployer une démarche RSE dans son entreprise ?

Les enjeux de la mise en place d’une démarche RSE dans une entreprise sont multiples.

Tout d’abord, la démarche RSE permet en interne de fédérer les collaborateurs autour d’un projet commun, portant les valeurs d’une entreprise dans lesquels les collaborateurs se reconnaitront. La démarche RSE renforce alors le sentiment d’appartenance des salariés et par conséquent leur engagement dans l’entreprise.

Également, la RSE est un enjeu stratégique pour l’entreprise : le renforcement du lien avec les parties prenantes, l’image de marque, permettent d’améliorer la performance globale de l’entreprise et lui donne donc un avantage concurrentiel sur le marché.  

Comment mettre en place une démarche RSE dans son entreprise ?

La mise en place d’une démarche RSE dans une entreprise peut se faire directement en interne, via un pilote / porteur de projet RSE qui saura piloter la démarche, soit via des cabinets de conseil spécialisés en RSE (type Greenaffair).  

Dans tous les cas, les premiers pas de la mise en place d’une démarche RSE consiste à réaliser un état des lieux de la RSE dans l’entreprise. Toute entreprise, quelle qu’elle soit, réalise des actions à son échelle, qui ne sont pas forcément identifiées comme des premières briques d’une démarche. La seconde étape consiste à interroger les parties prenantes de son entreprise, internes ou externes, afin de co-construire la démarche, les impliquer et progresser ensemble dans cet objectif RSE. Enfin, il s’agit ensuite de structurer la démarche, en passant par des outils type matrices de matérialité, afin de prioriser les enjeux sur lesquels travailler et se fixer des axes de développement et des plans d’actions associés.  

Cela peut être fait soit via l’obtention d’un label (type Lucie, EcoVadis, Bcorp, ISO 26000 etc), qui vont cadrer la démarche RSE, mais ces labels garantissant une démarche à l’instant T ne garantissent pas la pérennité de la démarche dans le temps.

On constate bien souvent que la démarche RSE est suivie dans les entreprises sur des tableaux excel reprenant les plans d’actions, ainsi que les responsables associés. Cependant ces outils ne vivent pas dans le temps, se perdent, sont très chronophages et peu ergonomiques.

C’est pourquoi il existe des logiciels de mesure et de pilotage RSE, type Cali, à destination des entreprises. Ces plateformes RSE sont là pour vous guider dans la mise en place et la structuration de votre politique RSE.

Cali accompagne les entreprises dans leur démarche RSE

Cali est un logiciel de mesure et de pilotage RSE qui a été conçu pour guider les entreprises dans la structuration de leur démarche RSE. Fondée sur les critères ESG et les piliers de la RSE, la plateforme Cali adresse 23 enjeux sur les aspects ESG et propose aux entreprises des catalogues d’indicateurs et d’actions pour construire leur stratégie RSE. Enfin, Cali vous aide à communiquer auprès de vos parties prenantes sur vos enjeux RSE et l’ensemble de vos bonnes pratiques.  

Cali identifie les enjeux sociaux, environnementaux et économiques adaptés à votre démarche RSE

Une des valeurs ajoutées de l’outil est la présence des catalogues, bases de données accessibles à toutes les entreprises. Ainsi, chaque entreprise, quelle que soit sa maturité RSE, peut venir piocher dans les catalogues d’indicateurs pour commencer à piloter sa stratégie RSE. Dans la même lignée, Cali propose un certain nombre d’actions associées à chaque enjeu et indicateur, ce qui permet à une entreprise de construire rapidement et simplement un plan d’actions RSE. Ces catalogues ont été définis suivant les grands axes et principes de la RSE et sont basés sur les normes et référentiels reconnus.

Cali mesure et pilote vos indicateurs au sein d’un outil RSE qui améliore vos performances

Cali est un outil qui va permettre aux entreprises une réelle mesure et un pilotage de ses indicateurs afin d’avoir une vision de la performance globale de l’entreprise. Ainsi, l’historique des données ainsi que le graphique d’évolution permet de visualiser la variation de l’indicateur dans le temps, et ainsi mettre en place des actions correctives si nécessaires. La notion d’objectif associé à chaque indicateur permet de vérifier que les objectifs sont bien atteints en temps et en heure.

Cali vous guide dans la mise en place de solutions qui correspondent à votre démarche RSE.

Vous ne savez pas par où commencer pour travailler sur vos enjeux RSE, que ce soit en termes d’environnement, de social / sociétal ou de gouvernance ? A chaque indicateur, Cali associe des plans d’actions que vous pouvez personnaliser pour y associer un responsable, un coût, un impact ainsi qu’une date d’échéance. En base, l’outil vous propose plus de 700 actions avec des premiers coûts, impacts et des partenaires associés pour aller encore plus loin dans l’appréhension de ces enjeux. Ces actions vous permettent de construire une stratégie RSE concrète et pérenne, et valoriser et communiquer sur vos bonnes pratiques RSE.  

Derrière Cali, Greenaffair vous conseille et vous accompagne dans la mise en place de votre démarche RSE

Cali est un produit issu de l’expertise de Greenaffair, société de conseil en développement durable et RSE depuis plus de 20 ans. Les catalogues proposés dans Cali sont réalisés par nos consultants en RSE, experts en la matière. Le logiciel permet aux entreprises de structurer et cadrer leur démarche RSE, mais nos consultants restent disponibles à tout moment pour accompagner les entreprises sur des enjeux spécifiques ou des missions de conseil pour vous aider à définir et mettre en place une politique RSE, communiquer auprès de vos parties prenantes, ou même vous former aux principes de la RSE et au développement durable. Pour plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter !